Troupe de la Cité
 
 
Contact :

Troupe de la cité
52 bis rue de l'égalité
69700 GIVORS
Tél : 06 68 68 04 51

Mail :
contact@troupedelacite.org
 
 


 
 
POUR UN THEATRE POPULAIRE


Pendant une longue période, le théâtre populaire a suscité une littérature abondante dans laquelle on peut trouver beaucoup de choses, parfois contradictoires. Aujourd’hui, discrétion et confusion semblent prédominer. Notre intervention a pour seule ambition de rappeler quelques données fondamentales dans un débat qu’il y a lieu de réactiver.

Si l’on demande à l’homme de la rue une définition du théâtre populaire , nul doute que sa réponse sera quelque chose comme : du théâtre rigolo, divertissant, léger qui fait oublier les problèmes... . Peut-être que certains ajouteront : le théâtre dans la rue, sur la place . Il convient donc de reprendre les choses à leur commencement.


D’un strict point de vue étymologique, le mot théâtre indique une forme et non un contenu. Il apparaît en France vers le XIIème siècle où il est emprunté au terme latin theatrum qui signifie lieu de représentation (associé à public , scène ). Theatrum est lui-même emprunté au grec theatron , mot dérivé de thea , action de regarder , vue, spectacle, contemplation .
A l’inverse, le terme populaire renvoie lui plus à un contenu qu’à une forme. Apparu en France à peu près à la même époque, il est emprunté au terme latin popularis qui signifie du peuple, aimé du peuple, dévoué au peuple .

Effectuons maintenant un bref rappel historique. Le théâtre est créé dans la Grèce il y a environ 25 siècles pour remplir une fonction précise : contribuer à l’éducation politique des citoyens de la Cité. Dès le départ, le matériau exclusif utilisé par le théâtre est la politique, c’est-à-dire, les affaires communes, la vie publique de la Cité. Théâtre et politique sont indissolublement liés. Remarquons que les expressions théâtre politique , théâtre engagé , théâtre citoyen sont des pléonasmes. Remarquons aussi que si le théâtre est au coeur de la vie publique, la vie privée ne le concerne pas. Au fil des siècles, cette orientation fondamentale sera confirmée. Par contre, dans une période plus récente, nous observons une dénaturation de l’orientation fondamentale du théâtre.Si la Révolution Française confirme la fonction au service du peuple du théâtre, donc sa fonction initiale, la période qui va suivre voit l’apparition d’un théâtre qui n’est plus au service du peuple mais au service d’une minorité, la classe possédante. Il est alors question de théâtre bourgeois , puis, ultérieurement, de théâtre de boulevard , théâtre de moeurs , etc. Ainsi nous assistons de fait à une double dénaturation du théâtre. Le matériau utilisé par le théâtre concerne alors de moins en moins la vie publique au bénéfice de la vie privée. De plus, du service du peuple, le théâtre passe au service d’une élite , d’une minorité, la bourgeoisie. Ces deux aspects sont bien sûr complémentaires. Certains objecteront que ce nouveau théâtre essaie aussi de toucher le peuple ou, plus exactement, de toucher tous les publics . Quittant le terrain politique -connoté alors négativement-, le théâtre est enrôlé sous la bannière du divertissement pour le plus grand nombre, ou sous la bannière culturelle pour une élite.

Il n’est sans doute pas inutile de revenir sur le concept de peuple. En France, ce terme n’a aucune connotation ethnique. C’est un concept politique. Il prend historiquement toute sa force chaque fois que le peuple joue un rôle dans une période donnée -comme la Révolution Française-. Il est alors question de mouvement populaire . A ces moments là, le théâtre est tout naturellement populaire, politique, au service du peuple. Inversement, aux périodes ou le peuple ne joue aucun rôle, ou son existence même en tant que peuple est déniée, le terme de populaire est vidé de tout contenu social, voire même purement et simplement banni. A ces moments là, le théâtre populaire est chassé de la scène politique et culturelle officielle et invité à disparaître en tant que tel. Certains conservent l’étiquette mais sans aucun contenu populaire réel (sans portée sociale réelle autre que le maintien de l’ordre établi agrémenté de critiques plus ou moins pittoresques).

Tout débat sérieux sur le théâtre populaire doit donc commencer par la question suivante : quelle est la situation du peuple, quel rôle politique joue le peuple aujourd’hui ? C’est un point de départ incontournable. Si l’on convient que le peuple ne joue pas actuellement -c’est un euphémisme- de rôle politique conséquent, que ses intérêts ne sont pas mis en avant, il convient d’en tenir pleinement compte. Toute attitude inverse mène à de sérieuses déconvenues. Mais alors, doit-on tout abandonner ? Si l’on recherche gloire et moyens , oui. Si l’on reste déterminé à servir le peuple , non. Simple en apparence, cette alternative se révèle bien plus complexe à mettre en oeuvre. Rapidement, toute tentative de théâtre populaire amène à se poser la question suivante : en l’absence de tout mouvement populaire conséquent, sur quel socle s’appuyer ? Osons une réponse :
- refuser toute dénaturation du théâtre populaire, c’est-à-dire, utiliser un matériau politique, rechercher ou sont les intérêts du peuple;
- s’appuyer sur la réalité sociale et politique telle qu’elle est dans la perspective de la changer;
- chercher conseil et appui chez tous les acteurs politiques, culturels d’hier et d’aujourdhui pour créer, réaliser, malgré tout.

Pour terminer cette brève introduction, il est utile de rappeler que les deux grands acteurs aussi différents du théâtre populaire que furent Piscator et Vilar, sont arrivés au terme d’expériences différentes au même constat : il est impossible de donner de l’ampleur au théâtre populaire dans une société qui ne l’est pas, lutter pour le théâtre populaire, c’est lutter à contre-courant. Cette lutte est historiquement nécessaire. Cette lutte est la nôtre.


Jean Paul AYRAULT
Texte présenté à la Maison du Off dans le cadre du Festival d’Avignon, le 9 Juillet 2 000.

 
 
Prochaines Représentations
Samedi 7 Octobre - 20H30
Ferme de Richagnieux
Sainte Catherine (69) - Plan
Dimanche 8 Octobre - 15H00
MJC de Givors
Givors (69) - Plan
Mardi 7 Novembre - 20H30
MJC Monplaisir
Lyon (69) - Plan
Mercredi 8 Novembre - 20H30
MJC Monplaisir
Lyon (69) - Plan
Dimanche 26 Novembre - 15H00
Théâtre du Vieux Givors
Givors (69) - Plan
 
 
“... un théâtre populaire est un théâtre dont les préoccupations doivent être civiques et sociales d’abord, et de qualité bien sûr.”

Jean Vilar